Actualités

Jean-Louis Comolli (1941-2022)

Notre collègue et ami Jean-Louis Comolli s’est éteint le jeudi 19 mai 2022, à l’âge de 80 ans, nous laissant avec notre tristesse et notre émotion. Jean-Louis, compagnon de route et membre des Ateliers Varan depuis plus de vingt ans, dont la réflexion permanente sur le cinéma et ses pouvoirs irriguait notre pratique.

Cinéaste prolifique (La Cecilia, L’ombre rouge, Naissance d’un Hôpital, sa série sur la politique à Marseille, parmi tant d’autres, ….), ancien rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma (1965-1973), féru de jazz, critique et écrivain de cinéma, écrivain tout court (son admirable Une terrasse en Algérie racontant l’insouciance de sa jeunesse algérienne pendant les « évènements »), il faudrait des pages entières pour énumérer l’étendue de sa curiosité et de son talent. C’était un cinéphile boulimique, un critique affuté, un théoricien fécond, un pédagogue inspiré. Qui aujourd’hui peut réfléchir sur le cinéma documentaire sans se référer aux écrits de Jean-Louis Comolli ?

Il avait été le témoin de la montée en puissance du cinéma et du spectaculaire, il en avait souligné la fonction critique et subversive, il en exaltait la portée politique.

Au cinéma pour être spectateur, il faut accepter de croire ce qu’on voit ; et pour l’être davantage encore, il faudrait commencer à douter – sans cesser de croire.

Croire au cinéma, penser que le cinéma, s’il ne peut changer le monde, est un outil fait pour le comprendre et ne pas s’en satisfaire. Récemment, il s’alarmait de la disparition annoncée de la salle de cinéma au profit des plateformes et des tablettes qui rétrécissaient le sens des films, en aplatissaient la fonction critique. Les mots s’envolaient sous sa plume, les films recomposaient le monde quand nous l’écoutions parler de Rouch, de Kiarostami, de Wang Bing, de tant d’autres... Et puis le documentaire, dont la liberté le fascinait et dont il avait composé au fil des ans le bréviaire : « les manières de faire sont des formes de pensées ».

Tu vas nous manquer, Jean-Louis, même si nous allons revoir tes films et relire tes livres. Nous allons continuer, comme tu nous l’as appris, à filmer, à écrire, à lutter, les trois mouvements indissociables pour toi de la présence au monde. À Varan on se souviendra longtemps de tes séminaires très courus du samedi – ouvertures lumineuses sur la mise en scène documentaire - de tes commentaires enflammés des films, de tes textes qui mettaient à nu l’acte de filmer. Nous continuerons à penser avec toi la machine-caméra, le corps filmeur et le corps filmé, celui du spectateur, etc.

Et puis, nous n’oublierons pas ton art de vivre, l’élégance de l’amateur de bonne chère inséparable de l’amour du cinéma. Ni ton humour qui t’a fait choisir de t’éclipser en plein festival de Cannes, pour que le bruit et la fureur atténuent le fracas de ta disparition.

Les Ateliers Varan - YP

Cultivez votre goût du cinéma documentaire

Tenez-vous au courant des rendez-vous réguliers dédiés au cinéma que nous organisons : projections, débats, rencontres…

Les prochains rendez-vous

Abonnez-vous aux nouvelles

Pour vous inscrire à la newsletter des Ateliers Varan, c’est par ici ! Vous recevrez des invitations à des projections, l’actualité des formations et l’actualité des membres du réseau.

À votre écoute

Une question sur nos formations ? Vous pouvez nous contacter au 01 43 56 64 04

6, impasse de Mont Louis
75011 Paris

Envoyez-nous un mail

Google Map : Ateliers Varan, 6 Impasse de Mont-Louis, Paris